RDC : RAID et CAJJ, révèlent des vérités accablantes sur les conditions des travailleurs congolais dans les mines

0
280

Une étude sur le salaire de substance publiée, ce vendredi 14 avril 2023, à partir de KOLWEZI, révélé que les travailleurs congolais, oeuvrant dans les mines industrielles de cuivre et du cobalt, sont tremper dans la précarité sociale. Ces hommes qui sont dans l’exploitation de ces produits tant convoités, subissent des violations des droits humains. C’est ce qui ressort d’un intitulé, < LA ROUTE DE LA  RUINE>, publié par deux organismes de la société civile ( RAID et CAJJ). 

Soixante-dix pourcents de la production mondiale du Cobalt est extraite au Lualaba.

Dans l’extraction de ce minerai critique, indispensable pour la transition énergétique, les travailleurs congolais œuvrant dans les  mines industrielles  font presque le gros du job, ironie du sort, ils basculent de plus en plus dans la pauvreté. Cette main-d’oeuvre essentielle se ruine pour ouvrir à l’humanité de véhicules les plus prisés.

Les travailleurs reçoivent les salaires très faibles et qu’ils  sont soumis à un de travail très excessif.

Considérons que verser un salaire décent aux travailleurs congolais, qui sont au cœur de la transition énergétique, devrait être facilement réalisable pour ces sociétés minières>, déplore ANAÏS BALAGBA, activiste des Droits de l’Homme.

Et de renchérir

Ces employeurs, sont également soumis des traitements dégradants, à des violences, à des discriminations, racisme,  à des conditions de travail dangereuses et à un non respect de la couverture de base de santé>.

Le rapport dévoilé par RAID et CAJJ livre de confidences accablantes. Les sites de travail sont plus qu’hostiles.

Faisant focus sur le Lualaba, les entreprises minières se spécialisent dans les violations des droits des travailleurs.

De surcroît, ces organismes de la société civile  appellent les constructeurs des véhicules électriques, les fabricants  des batteries et les raffineurs, qui tous utilisent le cobalt de la RDC, à mettre fin aux contrats avec les fournisseurs de cobalt, qui ne prennent des mesures pour remédier à l’exploitation des travailleurs congolais.

Le minerai bleu argenté est présent dans les batteries rechargeables qui alimentent nos téléphones mobiles, nos ordinateurs portables, mais l’extracteur congolais peine même à s’offrir un produit fini de sa souiller.

Wangu

PUBLICITES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here