2 ans de Félix Tshisekedi: «Nous avons enregistré un recul très important» Sylvain Kantolomba

0
716

24 janvier 2019-24 janvier 2021, cela fait déjà deux ans depuis que les congolais ont assisté à la première alternance pacifique au sommet de l’État entre un président sortant (Kabila) et celui entrant(Tshisekedi).
À présent, tout compatriote s’arrête un instant pour évaluer les deux ans de l’enfant du sphinx de limeté.
Le professeur Sylvain kantolomba a peint un tableau sombre de gestion de Félix Tshisekedi.

Pour ce cadre du Front Commun pour le Congo,
Les congolais assistent pour le moment à un désenchantement total. L’expression de l’espoir déchue, l’espoir perdu suscité par la première alternance au pays.

 » Désespoir parce que nous assistons aujourd’hui à la déconstruction de l’État, nous assistons aujourd’hui à la déstabilisation des institutions et au démentelement des dispositifs normatifs de notre pays« . S’étonne Sylvain Kantolomba

À en croire ce professeur des universités, le Congo vient de très loin; les efforts ont été consentis en nombre pour que la nation se dote des institutions stables, gage de tout développement.
Mais à ces jours, Ces structures institutionnelles posées par l’ancien président sont attaquées de l’intérieur par les démons du non respect des textes légaux et sont entrain de s’effondrer.

Pour lui, les institutions sont en pleine dysfonctionnement en commençant par le gouvernement, l’assemblée nationale même certaines provinces de la RDC sont déstabilisées.

« Nous avons enregistré un recul très important, un recul qui ne peut que nous inquiéter parce que personne ne s’attendait à faire la marche en arrière sur le plan institutionnel et démocratique » gémit ce membre du FCC Lualaba

Sur le plan sécuritaire, Sylvain Kantolomba voit un renversement de situation. Les poches d’insécurité sont à signaler même dans des coins qui respiraient la paix.

« Aujourd’hui l’insécurité est devenue grandissante dans de grandes villes comme ça n’a jamais existé… Nous avons assisté l’incursion de l’armée Centrafricaine, Sud-soudanaise, Rwandaise, Zambienne sur notre territoire » observe Kantolomba.

Wangu

PUBLICITES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here