RDC: Que retenir de l’accord d’Addis-Abeba qui est à sa 8ème célébration ?

0
318

À l’occasion du 8ème anniversaire du mécanisme de suivi, la République Démocratique du Congo à travers le comité exécutif du mécanisme national de suivi de l’accord-cadre d’Addis- Abeba avec l’appui de la Monusco a organisé ce mercredi 24 février, sous le haut patronage du Président de la République, une journée de réflexion.

Cette 8ème célébration de la signature de l’accord d’Addis-Abeba coïncide avec l’assassinat de l’ambassadeur Italien Luca Atanacio, son garde du corps et un de nos compatriotes, Moustapha Milambo, chauffeur de l’ambassadeur.
Une minute de silence a été observée à cet effet.

Le coordonnateur du Mécanisme national de suivi, Claude Ibalanky Ekolomba a condamné avec la derniere énergie l’assassinat de plusieurs de nos compatriotes.
D’après lui, 8 ans après la signature de l’accord- cadre, de nombreux défis restent à relever pour parvenir à une paix durable.

Prenant la parole à son tour, le ministre près la présidence, Mr Kabanda Kana André a indiqué que les défis restent de taille.
« Il est impérieux que tous les acteurs internationaux, nationaux et régionaux s’emploient dans le contexte de marquer par la dynamique de changement portée par le Chef de l’État pour avancer le chantier de la paix et de la sécurité. Trop n’est trop », a-t-il martelé.

« Le Président de la République tient à doter le pays d’un programme de pacification, de stabilisation de l’Est de la RDC et de la Région », a souligné le ministre près la présidence.
À cet effet, ses services appellent à finaliser la stratégie nationale de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion communautaire pour offrir des alternatives persuasives aux ex- combattants volontaires à quitter le maquis.

Le représentant du Chef de l’État à cette journée de réflexion a aussi souligné que le prochain gouvernement devra tout mettre en oeuvre pour matérialiser la vision du Chef de l’État, vision de paix, de sécurité en se basant sur toutes les articulations des engagement nationaux souscrits par le pays au terme de l’accord-cadre d’Addis-Abeba.

Pour rappel, le mécanisme national de suivi a été créé le 24 février 2013, il a été dirigé pour la première fois par François Mwamba Tshishimbi l’un des principaux négociateurs de la partie congolaise.

Wangu

PUBLICITES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here