Lualaba/Cité Nzilo: Kainda Kalala déplore les tracasseries dont sont victimes les pêcheurs

0
422

Ils ont le fleuve Congo comme capitale, les pécheursde la cité de Nzilo déplorent le prix jugé exorbitantdu permis de pêche. Une doléance portée par KaindaKalala, l’un des pécheurs actifs du coin. Leur souci est de voir le prix être réduit à la baisse.

Kainda Kalala, l’un de plus braves pécheurs de la cité de Nzilo. Il est, à la fois, agriculteur, charbonnier etagent de sécurité à la SNEL. Mais, lors de notre visite, nous l’avons trouvé en pleine navigation sur le fleuve Congo, dans une pirogue, rame à la main, entrain de pagayer, à la recherche de ce qui est précieux pour sa vie, les poissons sardines. En naviguant sur les eaux, tout n’est pas rose, chaque jour a son mystère et son sort. « Je suis spécialiste dans la pêche des sardines. Si je suis dans mon jour de gloire, je peux avoir, même, 5.000 FC pour subvenir aux besoins de ma famille »nous a-t-il confié.

Expérimenté dans son secteur de prédilection, KaindaKalala n’est plus à mesure de nouer les deux bouts du mois. Les taxes, plus longues que sa production, rendent instables son foyer. « Pendant ce temps, la pêche n’est plus rentable. Après la pêche, tu peux même manquer 1.000 FC. C’est compliqué pour nous. En plus les agents de l’environnement nous traquent avec les permis de pêche qui se vend 45.000 FC. Mais moi, si je jette le filet dans l’eau, je peux revenir avec les poissons d’une valeur de 1.000 FC.Et, je ne saurai pas acheter ce permis. Ce n’est plus comme avant, dans les années 70»a reconnu ce pécheur de la cité de Nzilo.

Pour Kainda Kalala, certains interdits sont bafoués de pieds ; chose qui occasionne la rareté des poissonsdans le fleuve Congo appelé dans cette province,Lualaba. « Les poissons sont bien présents dans l’eau. Mais, le problème, c’est l’absence du dialogue entre les chefs eux-mêmes, et avec la communauté. Ils ne parviennent plus à respecter la coutume. Chaque chef met au premier plan, l’argent»a dénoncé Kainda Kalala.

La pêche est l’une des activités principales des habitants de la cité de Nzilo, hormis l’agriculture. La traque des agents de l’environnement constitue un manque à gagner pour ces pêcheurs.

Wangu

PUBLICITES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here