Kolwezi/Manque d’eau: Grogne des femmes de la cité Tshipuki

0
441

Les femmes de la cité Tshipuki, à la cité Gécamines-Musonoie ont barricadé, ce vendredi 05 juin, la route Changefor, menant vers la société Commus. À la base de leur soulèvement, le manque d’eau, dans leur contrée, pendant deux semaines.

Il est 7 heures du matin, lorsque les femmes de la cité Tshipuki prennent d’assaut la route Change for, en la barricadant afin d’exprimer leur mécontentement dans leur vécu quotidien en terme d’approvisionnement en eau potable.

Elles ont fait deux semaines sans cette denrée très vitale. Sur place, les unes scandent des chants de désespoir et les autres sont armées des pierres. La situation s’aggrave, elles mettent un pneu en feu, barricadent des routes avec des moellons et foncent vers la barrière de la société Commus. Ces femmes justifient ce soulèvement par le manque d’eau potable dans leur cité.

Présent, Jackson Muteba, chef de la cité Musonoie tente de les dissuader mais, sans succès. Il n’est pas entendu dans cet imbroglio. Sa parole, est sans effet.

Après un bras de fer entre les ménagères résidant à Tshipuki et quelques agents de Commus tentant de calmer les femmes. Une solution est trouvée, au plus rapide. La compagnie minière de Musonoie leur fournit de l’eau, à l’instant même. La colère se transforme en joie.

Ayant puisées cette eau, les femmes changent une fois de plus de langage, cette eau serait impropre à la consommation car, n’étant ni insipide ni incolore.

Wangu

PUBLICITES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here