Kolwezi : Bientôt 50 ans d’existence de la ville, la mairie lance un concours de conception d’un logo du cinquantenaire

0
644

La ville de Kolwezi totalisera 50 ans le 23 juillet 2021 et dans le cadre des festivités, le maire de la ville a dans un communiqué daté du 29 mai lancé un concours pour la conception d’un logo spécial « Cinquantenaire » qui sera utilisé à cette fin.

Véronique UPITE invites les artistes intéressés par ce concours à se faire enregistrer auprès du chef de service urbain de la culture et des Arts. Un délai de 15 jours soit du 31 mai au 14 juin leur est accordé pour présenter leurs œuvres. Ainsi l’autorité urbaine annonce une prime pour tout gagnant.

Ceci permet non seulement à la ville de Kolwezi de célébrer ses 50 ans, mais aussi pour relever et promouvoir les œuvres d’art des Kolweziens.

La ville est créée en 1937 pour abriter le siège des mines de l’Ouest de la société belge Union minière du Haut Katanga (UMHK). Kolwezi se développa sous forme de quartiers éparpillés, comme d’autres villes de type ségrégatif au Haut-Katanga et en Afrique Australe coloniale. Avec un centre décisionnel et résidentiel de cadres européens, au Sud-Est le Centre coutumier, pour la population locale et plusieurs cités planifiées pour la population ouvrière proche des carrières et usines de l’UMHK. Presque quatre cinquièmes du territoire municipal se trouvaient alors au sein des concessions de la compagnie.

Après que le Katanga eut déclaré son indépendance par rapport à la république du Congo en 1960, des rebelles ont, à plusieurs reprises, tenté de s’émanciper de l’autorité de l’État central du Congo, rebaptisé à l’époque République du Zaïre.

En 1978, les événements tragiques de la ville minière de Kolwezi résultaient d’une rébellion de plus, cette fois contre le régime dictatorial du Maréchal Mobutu installé à des milliers de kilomètres du Katanga, dans le Bas-Congo, dans l’ancienne Léopoldvile rebaptisée Kinshasa.

Wangu

PUBLICITES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here